Omar Haj Kadour

Tremblement de terre en Syrie - Février 2023
Commandé par l'AFP

"Lorsque la tragédie frappe, comme cette année avec le tremblement de terre en Syrie et en Turquie, il est extrêmement difficile de rendre compte des opérations de sauvetage. Lorsque le tremblement de terre s'est produit, Omar a mis sa famille à l'abri et s'est ensuite directement mis au travail. Il a fait preuve d'un courage incroyable en prenant la route dans l'obscurité totale et a fourni des images uniques et convaincantes des destructions et des opérations de sauvetage. Ce qui a le plus marqué les juges, c'est l'attention portée aux détails de l'hôpital aux efforts de récupération, en passant par les images de drone.

 Jury du prix de l'actualité

Le 6 février 2023, près de 6 000 personnes ont été tuées en Syrie lorsqu'un tremblement de terre d'une magnitude de 7,8 a frappé le nord-ouest du pays et la Turquie voisine. Le gouvernement syrien a fait état de 1 414 morts dans les zones qu'il contrôle, tandis que les responsables syriens soutenus par la Turquie ont chiffré le bilan à 4 537 morts dans les zones du pays tenues par les rebelles.

Dans les instants qui ont suivi le tremblement de terre, Omar Haj Kadour s'est précipité pour prendre soin de sa femme, qui était enceinte à l'époque, et de sa fille de quatre ans. Il les a escortées hors du bâtiment jusqu'à un endroit sûr, puis s'est mis au travail.

Il faisait encore nuit et le tremblement de terre avait coupé l'électricité dans la plupart des régions. Se dirigeant vers la campagne occidentale d'Idlib, il a traversé des rues bondées de personnes qui avaient fui leurs maisons par crainte d'un effondrement potentiel. Alors que le jour se levait et que l'ampleur de la tragédie se précisait, il s'est efforcé de contenir son inquiétude quant à la sécurité de sa famille élargie en Syrie et de ses proches réfugiés en Turquie, de l'autre côté de la frontière. Il a travaillé pendant plus de 20 heures d'affilée après le tremblement de terre, enregistrant de nombreuses vidéos, y compris des retransmissions en direct, depuis certaines des zones les plus touchées de Syrie.

Biographie

Après avoir obtenu son diplôme de fin d'études secondaires, Omar Haj Kadour a suivi une formation de deux ans dans un institut bancaire commercial à Idlib. Il avait prévu d'étudier l'administration des affaires à Lattaquié, mais face à la montée des protestations en Syrie, il s'est retiré des cours pour ne pas risquer d'être arrêté par le régime.

Omar a commencé à travailler dans le journalisme en 2005. Avec un groupe d'amis, il a créé un site web couvrant les événements et les nouvelles locales dans sa ville natale de Binnish, à Idlib. Lorsque le soulèvement en Syrie a commencé en 2011, il a commencé à documenter les troubles dans les rues et à coopérer avec d'autres sites web locaux et des médias régionaux. Ses reportages ont permis de documenter les manifestations qui ont pris de l'ampleur et se sont transformées en un soulèvement armé à l'échelle du pays contre le régime en place.

Il a commencé à travailler comme collaborateur photo et vidéo avec l'AFP en 2015. En 2018, il a remporté le Prix Varenne pour sa couverture vidéo des amputés de la guerre en Syrie. Il a depuis réalisé des reportages saisissants sur les bombardements du gouvernement syrien, le raid meurtrier des États-Unis sur le complexe du chef d'IS Abou Bakr Baghdadi, les détenus des prisons tristement célèbres de Syrie, le commerce du Captagon et les conséquences du tremblement de terre de 2023 qui a secoué la Syrie et la Turquie, parmi beaucoup d'autres sujets.