Notre impact

Le cœur de notre travail consiste à apporter un soutien financier et pratique direct aux journalistes indépendants et à leurs familles dans le monde entier.

Notre impact

Comment nous aidons

Nos subventions d'assistance ont eu un impact énorme sur la vie des journalistes indépendants travaillant dans le monde entier. Regardez la vidéo ci-dessous pour entendre quelques-uns des freelances que nous avons récemment soutenus - et comment notre soutien les a aidés.

Qui nous avons aidé

Depuis le lancement du Trust en 1995, nous avons accordé des bourses d'assistance à plus de 3 000 journalistes indépendants pour les aider à des moments critiques de leur vie - voir ci-dessous quelques-unes de leurs histoires.

Matthew Caruana Galizia

Journaliste / Malte

Matthew Caruana Galizia

Ibrahim al Shamaly

Photojournaliste, cameraman et réalisateur de documentaires/ Syrie

Samar Abu Elouf

Photojournaliste /Palestine

Hale Gönültaş

Réalisateur de documentaires /Turquie

Somaya Abdelrahman

Photojournaliste / Égypte

Mustafa Dahnon

Photojournaliste & Reporter TV / Syrie

Onen Walter Solomon

Reporter / Sud-Soudan

Mary Mwendwa

Journaliste et rédacteur en chef / Kenya

Riana Randrianarisoa

Vidéo-journaliste / Madagascar

Umutoniwase Aimelyne

Journaliste freelance / Rwanda

Hamza Abbas

Photojournaliste / Syrie

Sahar Zand

Reporter et réalisateur de documentaires / Royaume-Uni

Nyasha Kadandara

Journaliste et réalisateur de documentaires / Kenya

Achref Chibani

Journaliste / Tunisie

Elita Yopla

Journaliste / Pérou

Gildo Gazar

Journaliste d'investigation / Mexique

Sharon Kiburi

Journaliste spécialiste des données / Kenya

Bernice Maune

Journaliste freelance /Afrique du Sud

Kelechukwu Iruoma

Journaliste / Nigeria

Yauheniya Burshtyn

Journaliste / Bélarus

Yauheniya Burshtyn

Estacio Valoi

Journaliste et photographe / Mozambique

Estacio Valoi

Eman Helal

Photographe documentaire / Égypte

Eman Helal

Bellancile Nininahazwe

Journaliste radio / Burundi

Bellancile Nininahazwe

Sim Chi Yin

Photojournaliste, Singapour

Sim Chi Yin

Jovo Martinovic

Journaliste d'investigation / Monténégro

Jovo Martinovic

Muhammad Zubair

Journaliste multimédia / Pakistan

Muhammad Zubair

Baraa Al Halabi

Photojournaliste / Syrie

Baraa Al Halabi

Mujtaba Jalali

Photojournaliste / Afghanistan

Mujtaba Jalali

Khadija Ismayilova

Journaliste d'investigation et animateur radio / Azerbaïdjan

Khadija Ismayilova

Famille de Mehmood Khan

Famille de Mehmood Khan

Rehana Esmail

Journaliste presse écrite et vidéo / USA

Rehana Esmail

Famille de Rebecca Vassie

Famille de Rebecca Vassie

Camille Lavoix

Journaliste / Argentine

Camille Lavoix

Famille de Cecilio Pineda

Famille de Cecilio Pineda

Claudia Julieta Duque

Journaliste / Colombie

Claudie Julieta Duque

Mohammed Lagha

Journaliste / Libye

Mohammed Lagha

Barbara Kavugho Kamwira

Journaliste / Kenya

Barbara Kavugho Kamwira

Nabil Subaye

Journaliste / Yémen

Nabil Subaye

Gaius Vagheni Kowene

Journaliste multimédia / RD Congo

Gaius Vagheni Kowene

Gulnur Kazimova

Journaliste / Azerbaïdjan

Gulnur Kazimova

Hasan Husain Qamber Yusuf

Journaliste / Liban

Hasan Husain Qamber Yusuf

Junpei Yasuda

Journaliste / Japon

Junpei Yasuda

Ezzat Mustafa Mohammed Ahmed

Journaliste / Yémen

Ezzat Mustafa Mohammed Ahmed

Hussein Mohamed Hussein

Journaliste radio / Somailia

Hussein Mohamed Hussein

Lucy Kafanov

Journaliste / Turquie

Lucy Kafanov

Al-Migdad Mojalli

Journaliste / Yémen

Al-Migdad Mojalli

Victoria Ivleva-Yorke

Photojournaliste / Russie

Victoria Ivleva-Yorke

Oumida Akhmedova

Photojournaliste / Ouzbékistan

Oumida Akhmedova

Kateryna Malofieieva

Producteur / Ukraine

Kateryna Malofieieva

Chandler Vandergrift

Photojournaliste / Thaïlande

Chandler Vandergrift

Indalecio Benitez

Journaliste radio / Mexique

Indalecio Benitez

Kholoud Helm

Journaliste / Syrie

Kholoud Helm

Gulbahor Turaeva

Journaliste / Ouzbékistan

Gulbahor Turaeva

Milana Mazaeva

Journaliste / Tchétchénie

Milana Mazaeva

João Pino

Photojournaliste / Portugal

Joao Pina

Tracie Williams

Photojournaliste / USA

Tracie Williams

Bile Beshir Mahbub

Journaliste / Somalie

Yauheniya Burshtyn

Yauheniya Burshtyn est un freelance biélorusse établi qui travaille pour la presse écrite locale et les médias en ligne. Elle et sa famille ont souffert aux mains du gouvernement en raison de son travail ; au cours des deux dernières années, elle a été accusée à tort à deux reprises par la police pour avoir couvert des manifestations publiques et pour avoir attiré l'attention sur des travaux de construction illégaux. La RPT lui a accordé une subvention pour l'aider à couvrir ses frais de subsistance et ses frais médicaux de base résultant de la répression de son travail.

Matthew Caruana Galizia

"Le Trust nous a apporté un soutien moral et matériel par le biais de son fonds de secours d'urgence. Il n'y a pas d'autre organisation pour les journalistes comme elle".

Daphne Caruana Galizia était une journaliste indépendante très en vue qui a fait des reportages sur la corruption politique à Malte, ce qui lui a valu des intimidations et des menaces, des diffamations et des poursuites judiciaires. En octobre 2017, elle a été tuée dans un attentat à la voiture piégée près de son domicile à Bidnija. Au moment de sa mort, Caruana Galizia était la cible de 42 actions civiles en diffamation et de cinq procédures pénales en diffamation, dont sa famille a hérité. En conséquence, la RPT a aidé le fils de Daphné, Matthew, qui est également journaliste indépendant et travaille pour la fondation créée au nom de sa mère. Des subventions ont été accordées afin de permettre aux fils de Daphné de subvenir à leurs besoins de base et de se procurer des ordinateurs portables pour reprendre leur travail d'investigation. Ils ont également contribué aux frais de justice pour aider la famille à lutter contre les procès en diffamation et l'impunité pour le meurtre de Daphné.

Photo : Berge Arabian/Agos.com.tr

Estacio Valoi

Au Mozambique, l'influence des médias publics reste forte. Les journalistes et les médias qui contrarient les autorités sont souvent exposés à des menaces et à des intimidations, ce qui entraîne une autocensure généralisée. Estacio Valoi est un journaliste d'investigation et photographe mozambicain dont le travail se concentre sur les crimes environnementaux et la corruption en Afrique australe. En décembre 2018, Valoi a été pris en embuscade et détenu par des soldats du gouvernement alors qu'il était en service. Ils lui ont confisqué ses appareils photo, son ordinateur portable et ses téléphones portables et l'ont violemment interrogé et menacé. Une subvention du Trust l'a non seulement aidé à acquérir de nouveaux équipements, mais a également contribué à couvrir les frais de sécurité et de soutien psychologique. Il travaille à présent à nouveau.

Eman Helal

Comme de nombreux journalistes égyptiens, la carrière d'Eman a commencé avec le soulèvement de 2011. Elle a été blessée à de nombreuses reprises lors de ses reportages dans divers environnements hostiles. Bien qu'elle ait géré ce genre de situations du mieux qu'elle a pu, elle a voulu recevoir une formation adéquate sur la façon de rester en sécurité en tant que journaliste. Pourtant, avec un revenu qui couvrait à peine ses frais de subsistance en Égypte, les possibilités pour elle de le faire étaient limitées. Une subvention du Trust a couvert les coûts du vol d'Eman à Turin, en Italie, lui permettant de participer à un cours de formation sur l'environnement hostile organisé par le RISC.

Bellancile Nininahazwe

Bellancile était journaliste indépendant pour la radio nationale du Burundi, RTNB, avant d'être contraint de fuir après avoir été menacé d'une arrestation imminente par les responsables de la sécurité burundaise. Au moment où elle a contacté le Trust, Bellancile était réfugiée au Rwanda avec cinq enfants à sa charge, sans revenu et sans soutien. Elle n'avait pas pu retrouver son mari après avoir fui le Burundi, ce qui l'a laissée complètement seule. Une subvention du Trust a contribué à couvrir les frais de subsistance immédiats de Bellancile pendant qu'elle s'adaptait à sa situation au Rwanda.

Sim Chi Yin

En 2015, la caméra de Chi Yin lui a été violemment arrachée par une foule en colère, lui déchirant un ligament de la main. Les médecins lui ont conseillé de reprendre l'usage de son pouce droit à temps, mais il y aura une incapacité permanente et la possibilité d'arthrite dans les années à venir. Chi Yin s'est retrouvée dans l'incapacité de travailler, car les coûts de sa rééducation augmentaient et elle a dû lutter pour couvrir ses frais de subsistance de base. Les soins médicaux, l'appareil dentaire et la physiothérapie lui ont coûté à eux seuls des milliers de dollars. Une subvention du Trust a permis de couvrir trois mois des frais de physiothérapie de Chi Yin.

Jovo Martinovic

Jovo Martinovic est un journaliste d'investigation indépendant monténégrin qui a plus de 20 ans d'expérience. Il a été arrêté en octobre 2015 et accusé de participer à un réseau de trafic de drogue sur lequel il enquêtait ainsi qu'à la contrebande d'armes vers la France. Il a été reconnu coupable et condamné à 18 mois de prison. Malgré l'absence de preuves, Martinovic a passé plus de 14 mois en prison avant d'être libéré sous condition, suite à une forte pression internationale sur le gouvernement. Son appel est en cours. Martinovic nie les accusations, soulignant que la seule raison du contact avec les trafiquants était le documentaire qu'il produisait. Il n'était pas en mesure de couvrir les frais juridiques de manière indépendante, aussi la RPT l'a-t-elle aidé en lui octroyant deux subventions pour couvrir ces frais écrasants.

Muhammad Zubair

Zubair est l'une des seules voix à faire des reportages sur l'insurrection des talibans dans la région de Swat. Il a été découvert en 2008 par ceux qui s'opposaient à son travail. Dans les mois qui ont suivi, il a fui d'un endroit à l'autre, ne restant jamais plus de quelques nuits dans une même ville. Pendant ce temps, il a continué à recevoir des menaces pour lui et sa famille. En conséquence, Zubair a limité ses mouvements et s'est imposé un couvre-feu. Son manque de revenus a ensuite affecté sa capacité à se protéger. Le Trust a accordé une subvention pour couvrir les frais d'un garde de sécurité pendant six mois, ainsi que le transport en bus vers un centre de traumatisme pour des conseils pendant huit semaines.

Reda Qera

En 2014, Reda a publié son interview avec un combattant de l'ISIS. L'interview n'a pas été bien accueillie par le groupe extrémiste et Reda a été forcé de fuir le pays immédiatement - avec l'aide d'une subvention d'urgence du Trust - pour demander l'asile en Allemagne. Il a commencé à apprendre l'allemand, à participer à des ateliers en anglais et à s'inscrire à l'université, en utilisant les cybercafés pour effectuer les recherches et les travaux nécessaires. Une subvention du Trust a contribué au coût d'un ordinateur portable, permettant à Reda de rechercher des sessions de formation potentielles et des opportunités de travail.

Khadija Ismayilova

En 2014, Khadija a été officiellement arrêté sous de fausses allégations d'"incitation au suicide d'un collègue" et placé en isolement, avant d'être inculpé de détournement de fonds, d'évasion fiscale, d'abus de pouvoir et de gestion d'une entreprise illégale. Si elle est reconnue coupable, elle pourrait être condamnée à une peine de prison allant jusqu'à 12 ans. Avant son incarcération, Khadija subvenait aux besoins de sa mère âgée. Alors qu'un certain nombre d'organisations de défense des droits de l'homme et de la liberté d'expression couvraient les frais de l'équipe juridique de Khadija, une subvention du Trust a contribué au loyer et au bien-être de ses mères.

Mujtaba Jalali

Après avoir couvert les funérailles de réfugiés afghans qui avaient perdu la vie dans le conflit syrien, Mujtaba a été arrêté par la police militaire, détenu pendant deux jours et son appareil photo professionnel confisqué. Craignant d'être détenu une seconde fois, il s'est enfui en Hollande pour demander l'asile. Une subvention du Trust a contribué à l'achat d'un appareil photo de remplacement pour Mujitaba, lui permettant de publier son propre reportage photo et de trouver du travail pendant son exil.

Baraa Al Halabi

Après s'être rendu en France pour recevoir un prix international pour sa photographie, Baraa et sa femme ont été harcelés par des factions extrémistes locales qui l'ont accusé de collaborer avec l'Occident. Au moment où il a contacté le Trust, Baraa a été confiné chez lui et a été averti que des membres du groupe le recherchaient. Peu de temps après, sa maison à Alep a été endommagée par un raid aérien russe. Le stress d'être menacé par un groupe extrémiste et de vouloir protéger sa femme enceinte l'a forcé à fuir en Turquie, où une subvention du Trust a couvert son loyer et ses frais de subsistance pour les mois suivants.

Indalecio Benitez

Indalecio est le fondateur d'une station de radio communautaire basée dans la ville de Luvianos, dans l'État de Mexico. Alors qu'il rentrait chez lui avec sa famille en 2014, des hommes non identifiés ont ouvert le feu sur son véhicule, tuant son fils de 12 ans, Juan. Lui et sa famille ont fui vers Mexico où le coût de la vie était beaucoup plus élevé. En plus de ces préoccupations financières, la famille a tenté de faire face à son chagrin, en recevant un soutien émotionnel et des médicaments si nécessaire. Une subvention du Trust a contribué à couvrir les frais de subsistance de base d'Indalecio ainsi que les frais d'éducation de ses enfants à Mexico. 

Kholoud Helm

Kholoud est un journaliste syrien indépendant et le co-fondateur/rédacteur en chef de "Enab Baladi", un journal clandestin qui rend compte des atrocités du conflit syrien depuis sa base en Turquie. Après s'être rendue à Londres en mars 2016, elle a été détenue au Royaume-Uni après que des problèmes techniques se sont posés avec son permis de séjour. Le Trust a fourni à Kholoud une aide financière d'urgence pour la soutenir dans sa demande de visa de tourisme pour retourner en Turquie et normaliser son statut de résident. Cette subvention a couvert ses vols, sa demande de visa et ses frais de subsistance de base pendant son séjour à Londres.

Gulbahor Turaeva

Malgré les risques de sa vie, Gulhabor a continué son travail de reporter et de fixateur local en Ouzbékistan. En 2015, Gulbahor a été informée qu'elle serait tuée. Craignant pour sa sécurité et celle de son mari et de ses cinq enfants, elle s'est enfuie en Géorgie. En exil, on a diagnostiqué un cancer du poumon chez sa fille, ce qui a obligé la famille à consacrer la plupart de ses économies à ses examens et traitements médicaux plutôt qu'à la nourriture et à la subsistance de base. Une subvention du Trust a permis à Gulbahor et à sa famille de subvenir à leurs besoins pendant trois mois, en se concentrant sur la santé de sa fille.

Milana Mazaeva

Après avoir travaillé comme fixateur pour deux journalistes français qui faisaient des reportages sur la situation politique actuelle en Tchétchénie, Milana a été convoquée par les autorités et menacée. Pour aggraver les choses, elle a découvert qu'un astigmatisme qu'elle avait depuis sa naissance érodait progressivement ses nerfs optiques. En tant que journaliste indépendante travaillant régulièrement pour le cinéma et la photographie, Milana a dû être opérée d'urgence pour sauver sa vue et poursuivre son travail. Une subvention du Trust a contribué aux coûts de l'opération et de la convalescence de Milana.

Barbara Kavugho Kamwira

Barbara a été kidnappée sous la menace d'une arme, torturée et finalement relâchée à sa famille après ses enquêtes sur un réseau criminel. D'autres tentatives de meurtre ont eu lieu au cours des semaines suivantes, dont l'une des plus graves a été l'injection forcée de seringues contenant du sang contaminé par le VIH par deux hommes. Avant de s'enfuir au Kenya, Barbara a souffert de paralysie et de lésions du nerf sciatique au niveau du pied à la suite des injections, mais sans emploi ni système de soutien stable, elle a lutté pour achever sa réhabilitation physique et mentale. Le Trust a accordé une subvention pour couvrir les frais médicaux de Barbara.

Nabil Subaye

En 2016, Nabil a été attaqué par deux hommes armés et blessé par balle aux deux jambes en raison de sa couverture de la guerre. Il pensait que leur décision de ne pas le tuer était calculée pour semer la peur parmi ses collègues. Suite à cette attaque, ses blessures se sont infectées et il a été transféré dans un hôpital en Jordanie. S'il n'était pas soigné, il risquait l'amputation. Ses collègues journalistes ont coordonné les efforts de financement pour s'assurer qu'il puisse se rendre en Jordanie en toute sécurité et se faire opérer le plus rapidement possible. Cependant, ils avaient besoin d'un soutien pour atteindre l'objectif fixé. Le Trust a accordé une subvention pour couvrir les frais médicaux de Nabil.

Gaius Vagheni Kowene

Gaius a été désigné comme une menace pour le pays par les principaux leaders de l'opposition en RDC et sera bientôt "systématiquement traité" par les personnes au pouvoir. Quelques semaines plus tard, un de ses contacts proches des services de renseignement a averti que des agents secrets avaient reçu l'ordre de le traquer et de l'arrêter. Il s'est immédiatement enfui avec l'aide de son réseau professionnel, mais a été contraint de laisser derrière lui tout son travail et ses biens. Le Trust a accordé une subvention pour couvrir les préoccupations immédiates de Gaius ; le loyer, la nourriture et les frais de subsistance de base pendant 3 mois.

Gulnur Kazimova

Tout au long de sa carrière journalistique, Mme Gulnur a régulièrement fait l'objet de menaces, d'arrestations et d'intimidations de la part des services de sécurité azerbaïdjanais. En 2014, la police a fait une descente dans le bureau de Bakou de RFE/RL où elle travaillait et a ordonné à son personnel de cesser ses activités. Suite à cette descente, les services de sécurité ont émis un mandat d'arrêt contre Gulnur, la forçant à fuir avec sa famille en Géorgie. Une première subvention du Trust a permis de couvrir le logement de sa famille à Tbilissi, mais son mari étant au chômage et Gulnur incapable de travailler, une deuxième subvention du Trust est allée couvrir les frais de subsistance en Géorgie.

Hasan Husain Qamber Yusuf

Hassan a été forcé de quitter Bahreïn et de fuir au Liban en 2011 en raison de son travail de journaliste, combiné à son travail de superviseur des soins de santé pour un hôpital accusé de travailler avec les forces d'opposition. Craignant pour lui-même et sa jeune famille, il a prévu de quitter le pays. L'accès aux services publics et l'aide aux réfugiés étant extrêmement difficiles au Liban, Hassan ne pouvait obtenir qu'un travail indépendant irrégulier et luttait pour subvenir aux besoins de sa jeune famille. Une subvention du Trust a aidé Hassan à couvrir les frais de scolarité de ses trois filles afin qu'il puisse se concentrer sur la couverture des frais de subsistance de sa famille.

Junpei Yasuda

Junpei est entré seul en Syrie en 2015 pour faire un rapport sur le conflit. Les informations selon lesquelles il aurait été kidnappé par le Front Al Nusra n'ont commencé à filtrer qu'après qu'il ait cessé de mettre à jour ses comptes et ses blogs sur les médias sociaux. Alors que les autorités tentaient de négocier sa libération, sa femme Myu, une chanteuse, a été laissée pour couvrir le loyer et les frais de subsistance de leur maison au Japon. Depuis la disparition de Junpei, elle ne peut plus travailler. Le Trust a accordé une subvention pour couvrir le loyer et les frais de subsistance de Myu au Japon pendant un mois, ce qui a permis d'alléger une partie du fardeau pendant que les autorités recherchaient Junpei.

Ezzat Mustafa Mohammed Ahmed

Les reportages très médiatisés d'Ezzat en provenance du sud du Yémen lui ont valu l'attention indésirable des milices qui contrôlent la capitale du nord. Il s'est caché brièvement à Sanaa après avoir découvert que les Houthis interrogeaient des collègues pour savoir où il se trouvait. Avec sa femme enceinte, Ezzat s'est enfui à Oman. Peu de temps après, il a été séparé de sa femme qui s'est enfuie en Arabie Saoudite pour accoucher en toute sécurité de leur enfant. Au moment où il a contacté le Trust, il était bloqué en Jordanie, payant un loyer et un coût de la vie élevés, incapable de trouver un travail indépendant régulier. Le Trust a fourni des fonds pour aider à payer les frais de subsistance d'Ezzat.

Hussein Mohamed Hussein

Hussein est un journaliste radio indépendant somalien. Alors qu'il rentrait chez lui après le travail, un jour, Hussein a été attaqué par un groupe d'hommes qui lui ont volé son matériel, notamment son ordinateur portable, son appareil photo, son enregistreur et son téléphone portable. Son équipement principal ayant disparu, il lui est devenu presque impossible de faire son travail correctement. La qualité et la quantité de son travail ayant été affectées, son revenu mensuel a diminué de façon spectaculaire. Le Trust a accordé à Hussein une subvention pour l'aider à remplacer son équipement et à reprendre son travail.

Lucy Kafanov

La plupart des travaux de Lucy se sont concentrés dans la capitale turque, où elle était basée. Suite à une courte mission en Allemagne, les autorités turques lui ont refusé l'autorisation de rentrer dans le pays, malgré le visa de tourisme valide qu'elle utilisait. Non seulement son appartement et toutes ses possessions se trouvaient à Istanbul, mais la plupart de ses contacts étaient basés dans le pays. Après avoir consacré deux ans de sa carrière à faire des reportages depuis le pays, elle ne savait pas comment elle allait pouvoir subvenir à ses besoins. Le Trust a accordé à Lucy une subvention pour couvrir ses frais juridiques, car elle contestait l'interdiction d'entrée dont elle faisait l'objet.

Al-Migdad Mojalli

Depuis le début de la guerre civile au Yémen en 2015, Al-Migdad et sa famille ont reçu de nombreuses menaces, tentatives d'arrestation et accusations de la part de hauts fonctionnaires du jeune gouvernement Houthi ainsi que de membres des milices locales de la capitale. Parfois, ces menaces le forçaient à chercher un refuge temporaire loin de la capitale, mais il revenait toujours pour poursuivre son travail de journaliste de presse indépendant et soutenir les journalistes de passage. Une subvention du Trust a donné à Al-Migdad la possibilité de nourrir sa famille et de couvrir son loyer pendant trois mois. Malheureusement, Al-Migdad a été tué en 2016.

Victoria Ivleva-Yorke

Lors d'un de ses reportages sur les civils évacués des régions orientales de l'Ukraine, Victoria a été prise en otage par des séparatistes. Elle a été détenue pendant quatre heures sans inculpation et ses biens ont été confisqués. Bien qu'elle ait finalement été libérée, elle pensait que son arrestation la visait personnellement en tant que photojournaliste russe commentant le conflit. Le Trust a accordé une subvention pour couvrir le logement et la subsistance de base de Victoria en Ukraine pendant un mois, ainsi que de l'argent pour remplacer le matériel qui lui avait été volé.

Oumida Akhmedova

Umida est une photo-journaliste indépendante chevronnée en Ouzbékistan. En 2010, Umida a été accusée d'insulter le peuple ouzbek après avoir réalisé un documentaire sur l'interdiction traditionnelle des relations sexuelles avant le mariage en Ouzbékistan. Elle a été reconnue coupable et condamnée à trois ans de prison. Heureusement, elle a été graciée, mais depuis, il lui est presque impossible de trouver du travail en tant que journaliste. Ses appels et autres correspondances sont régulièrement surveillés par le gouvernement. Une subvention du Trust a permis de couvrir une partie de ses frais de subsistance et d'acheter un nouvel appareil photo.

Kateryna Malofieieva

Kateryna, du Donbass, dans l'est de l'Ukraine, a couvert l'accident du MH-17 de Malaysian Airlines qui a tué les 298 personnes à bord. Au même moment, sa maison a été bombardée et elle a été menacée à cause de son travail. Puis en 2017, alors qu'elle couvrait l'incendie de la tour Grenfell à Londres, elle a commencé à avoir des flashbacks, des cauchemars et d'autres symptômes. Le Trust lui a accordé une subvention d'assistance qui lui a permis de recevoir la thérapie spécialisée à court terme dont elle avait besoin pour l'aider à surmonter son traumatisme et à gérer les situations futures.

Chandler Vandergrift

Chandler est un freelance canadien vivant à Bangkok, qui a été gravement blessé alors qu'il couvrait les manifestations des Chemises rouges en mai 2010. Touché par les éclats d'une grenade M79, il a été laissé inconscient, avec de multiples blessures au corps et à la tête. Le Trust a fourni une aide financière pour la physiothérapie spécialisée et a perdu du matériel quelques jours après l'incident. Cependant, l'explosion a laissé Chandler partiellement sourd, ce qui a eu un impact énorme sur son travail. En 2011, le Trust a accordé à M. Chandler une deuxième subvention pour couvrir le coût d'une aide auditive.

Famille de Mehmood Khan

Mehmood est mort dans un attentat suicide alors qu'il était en mission à Quetta. Sa veuve est analphabète et la culture pachtoune locale lui rend la vie extrêmement difficile, voire l'empêche de quitter la maison. Après la mort de Mehmood, une subvention du Trust a permis à la famille de couvrir les frais de scolarité et de déménager dans une zone plus libérale de Quetta afin que Shumaila puisse se déplacer plus facilement. Avec le soutien du Trust, d'Al Jazeera et de Dawn News, les collègues de Mehmood l'aident à créer une entreprise à domicile pour tenter de joindre les deux bouts.

Rehana Esmail

Rehana, cinéaste indépendant basé à New York, se trouvait au Pakistan en novembre 2016 pour filmer dans la maison du leader politique emprisonné, Baba Jan, quand ils ont soudainement reçu un ordre d'arrêt sur place. L'équipement de l'équipe - y compris sa caméra, son matériel de tournage et ses images - a été confisqué par les autorités pakistanaises. Rehana n'a pas eu d'autre choix que de retourner à New York sans son matériel. Une subvention du Trust a contribué à couvrir son loyer et ses frais de subsistance pendant cette période, lui donnant ainsi l'espace nécessaire pour remplacer son matériel et reprendre son travail.

Famille de Rebecca Vassie

Rebecca, une photographe britannique indépendante, couvrait un reportage dans un grand camp de réfugiés de l'ouest de l'Ouganda lorsqu'elle a souffert d'une grave réaction allergique qui l'a tuée. La maison d'hôtes où elle logeait lui servait sa sauce à base d'arachides qui a déclenché une crise d'asthme massive. Elle est morte dans l'ambulance qui la conduisait à l'hôpital de Kampala. Rebecca n'avait pas pu obtenir d'assurance maladie pour ses longs voyages en Afrique. Une subvention du Trust a donc aidé sa famille à rapatrier son corps au Royaume-Uni et à couvrir les frais de ses funérailles.

Camille Lavoix

Camille travaillait sur un reportage concernant les réfugiés au Sahara occidental. Peu après son arrivée, elle a été arrêtée par six policiers armés, des militaires et des agents des services secrets pendant la nuit. Ils lui ont refusé le droit de connaître leur identité, la raison de son arrestation, ou de voir un juge ou un représentant de l'ambassade de France. Une subvention du Trust a contribué aux coûts d'un nouvel ordinateur afin qu'elle puisse continuer son travail.

Joao Pina

Le photojournaliste portugais Joao était en Argentine pour suivre l'histoire d'une équipe de football locale. Alors que le journaliste et lui s'éloignaient de la séance d'entraînement matinale de l'équipe, ils ont été abordés par un homme armé qui a volé le sac de Joao ainsi que tout son équipement photo. Selon la police, il était probable que quelqu'un de l'intérieur du club de football avait averti le voleur. Le Trust a accordé une subvention pour contribuer à l'achat de nouveaux équipements pour Joao, l'aidant ainsi à reprendre le travail dès que possible.

Famille de Cecilio Pineda

Cecilio a été tué en mars 2017 à Ciudad Altamirana après avoir publié une vidéo sur le chef du gang de trafiquants de drogue, El Tequilero, et accusé la police locale de protéger le groupe. Cecilio a laissé derrière lui une femme et deux filles, qui dépendaient de ses revenus et qui ont été laissées en état de choc suite à sa mort soudaine et tragique. Le Trust a accordé une subvention pour couvrir les besoins de subsistance et de santé de la famille, donnant à sa veuve le temps nécessaire pour réfléchir à la manière dont elle allait continuer à subvenir à leurs besoins.

Claudie Julieta Duque

Grâce au journalisme d'investigation de Claudia, elle a été désignée comme "cible prioritaire" du département administratif de la sécurité. Elle a été victime de surveillance illégale, d'interception de courriels, de menaces, de torture psychologique et de harcèlement par des fonctionnaires - elle a même été forcée de quitter le pays. Les attaques et les menaces n'ont fait qu'augmenter au fil des ans, la forçant, elle et sa fille, à dépendre fortement de la protection de l'Unité nationale de protection. Une subvention du Trust a été accordée pour l'aider à payer les frais de justice liés à ces longs procès.

Tracie Williams

La photojournaliste américaine Tracie Williams documentait les arrestations de deux hommes priant près d'un feu sacré au camp de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, lorsque la police est intervenue. Elle a été arrêtée peu de temps après, malgré les protestations qu'elle avait formulées en tant que journaliste. Son matériel a été saisi alors qu'elle était menottée et emmenée en prison. Elle a ensuite été accusée d'entrave aux fonctions gouvernementales et condamnée à payer une amende de 3 000 dollars ou à un an de prison. Une subvention du Trust lui a permis de payer ses factures après qu'elle ait été laissée dans l'incapacité de travailler.

Mohammed Lagha

En tant que jeune indépendant en Libye occidentale, Mohammed a vu des amis et des collègues se faire tuer à cause d'un manque de sensibilisation à la sécurité de base, de formation à l'environnement hostile et d'équipement. En se rendant chaque semaine à Syrte depuis Misrata pour couvrir des reportages pour des diffuseurs occidentaux, il a souvent rencontré de nombreux points de contrôle contrôlés par des milices hostiles aux journalistes. Une subvention du Trust a aidé Mohammed à couvrir les frais de voyage, d'hébergement et de visa pour assister à un cours sur la sécurité en Turquie.

Bile Beshir Mahbub

Bile est journaliste depuis 2010 et travaille pour différents médias dans son pays d'origine, la Somalie. Il a été emprisonné, a reçu des menaces de mort et a connu d'autres difficultés qui accompagnent souvent le travail de journaliste indépendant. Découvrez l'histoire de Bile dans ses propres mots.

Kelechukwu Iruoma

Kelechukwu est un journaliste indépendant basé à Lagos, au Nigeria. Son travail se concentre sur la politique, le climat, la santé mondiale et l'éducation. La pandémie a considérablement affecté son travail - ses présentations ont été refusées et les rédacteurs en chef ont signalé qu'il n'y avait pas de financement pour les journalistes indépendants. Une subvention du Trust a permis de couvrir ses frais de nourriture, d'utilité et ses frais médicaux vitaux pour le mener à bien.

Sharon Kiburi

Sharon W. Kiburi est une journaliste indépendante spécialisée dans les données, originaire du Kenya, qui travaille en étroite collaboration avec l'association des journalistes freelance de son pays. En raison des restrictions gouvernementales liées à la pandémie, elle n'a pas pu travailler. Elle a également eu du mal à accéder au PPE qui lui aurait permis de faire des reportages sur le terrain une fois les restrictions assouplies. Une subvention du Trust a aidé Sharon à gérer le coût de la vie jusqu'à ce que la situation s'améliore.

Gildo Gazar

"Grâce à l'aide fournie, j'ai pu acheter de la nourriture et payer certains services pour mon foyer."

Gildo est un journaliste d'investigation mexicain qui a plus de 15 ans d'expérience. Il a été victime d'enlèvements et de menaces de mort et a dû déménager en raison de son travail. La pandémie l'a particulièrement touché, car les médias pour lesquels il travaillait ont cessé de le payer. En conséquence, Gildo a eu du mal à subvenir aux besoins de sa famille. Une subvention de la RPT a permis de couvrir les frais de subsistance de base qu'il ne pouvait plus assumer.

Elita Yopla

Elita est une journaliste indigène basée à Cajamarca, au Pérou. Elle a développé sa carrière de journaliste en écrivant des articles sur l'environnement, l'égalité et les questions de genre pour de nombreux médias au Pérou et en Amérique du Sud. En raison de son travail, Elita a été victime d'agressions et de menaces de mort, ainsi que de la confiscation de son équipement et de ses titres par la police. Une subvention de la RPT a permis à Elita d'accéder à un traitement médical pour ses blessures et de se réinstaller avec sa jeune fille.

Achref Chibani

"La subvention est arrivée au bon moment car elle m'a aidé à faire face à des dépenses vitales comme les frais de location, la nourriture et les services publics".

Achref est un reporter indépendant de Tataouine, en Tunisie, qui écrit pour des médias locaux et régionaux - couvrant principalement les droits de l'homme, les affaires socio-économiques et les questions environnementales. Peu après le début de la pandémie, il a perdu son revenu car les médias pour lesquels il travaillait ont cessé d'accepter les articles des freelances. La subvention reçue par le Trust a servi à payer la nourriture, le loyer, les services publics et les frais médicaux de sa famille.

Nyasha Kadandara

"Je pense que le Trust a fait du mieux qu'il pouvait compte tenu des informations disponibles à l'heure actuelle".

Nyasha est un journaliste et cinéaste basé en Afrique de l'Est. En raison de l'impact de la pandémie, elle a perdu tous ses revenus en tant que réalisatrice de documentaires et cadreuse, car elle n'a pas pu travailler pendant le strict confinement au Kenya. Une subvention du Fonds COVID-19 de la Fondation l'a aidée à payer son loyer afin qu'elle puisse passer le cap de la quarantaine et reprendre le travail une fois celle-ci levée.

Sahar Zand

"Je leur suis tellement reconnaissant (à Rory Peck) non seulement de m'avoir financé, mais aussi d'avoir reconnu que la santé mentale est un problème qui nécessite une attention particulière."

Sahar est une présentatrice radio et une journaliste de radio britannique et iranienne. Elle a réalisé une série de reportages primés pour la BBC, Channel 4 et d'autres. Une grande partie des reportages de Sahar ont été réalisés dans des environnements hostiles, avec une attention particulière pour les histoires d'intérêt humain sous-évaluées. En tant qu'ancienne réfugiée, elle possède une connaissance unique des communautés marginalisées, ce qui lui a permis de réaliser des reportages d'un point de vue rarement vu dans les médias grand public.

Mustafa Dahnon

"Je tiens à remercier le Rory Peck Trust et les organisations caritatives similaires du monde entier qui aident les journalistes indépendants à améliorer leur situation et à surmonter les défis qu'ils traversent et auxquels ils sont confrontés quotidiennement."

Mustafa est un journaliste syrien basé dans la province d'Idlib, contrôlée par l'opposition, dans le nord-ouest de la Syrie. Il est diplômé en soins infirmiers et couvre le conflit civil dans le pays depuis 2012. En 2019, il a été blessé lors d'une frappe aérienne alors qu'il était en mission dans la ville de Hama. Jusqu'à récemment, il travaillait comme reporter pour Al Jisr TV, basée en Turquie, jusqu'à ce qu'elle ferme ses portes en raison de problèmes budgétaires. Mustafa est un collaborateur régulier de Middle East Eye.

Riana Randrianarisoa

Riana est une vidéo-journaliste freelance basée à Madagascar, avec 20 ans d'expérience dans le domaine. Elle est un membre fondateur du réseau malgache de journalistes d'investigation et a participé à de nombreuses enquêtes transfrontalières sur le blanchiment d'argent et la corruption avec le Projet d'information sur le crime organisé et la corruption (OCCRP).

Onen Walter Solomon

Onen est un journaliste freelance sud-soudanais qui travaille en Afrique de l'Est. Au cours d'une carrière de 11 ans, il a travaillé pour Radio France International, l'Agence de presse allemande (DPA) et plusieurs organisations médiatiques africaines. Il a également travaillé comme formateur en médias pour Journalists for Human Rights (JHR). Onen contribue régulièrement au programme radio quotidien de la Voix de l'Amérique "South Sudan In Focus".

Mary Mwendwa

Mary vit à Nairobi et est membre de l'Association of Freelance Journalists. Elle a rédigé des articles pour des médias tels que le New Humanitarian, News Deeply et United Press International, et édite le site web Talk Africa. Une grande partie de son travail est consacrée aux questions relatives aux droits des femmes et des enfants. Pour mener à bien ses reportages, Mary travaille souvent dans des environnements hostiles.

Hamza Abbas

Hamza est un reporter de terrain indépendant syrien déplacé dont le travail met en lumière la souffrance des familles syriennes causée par le déplacement dû à la guerre civile. Il met également en lumière le manque d'infrastructures dans les camps de personnes déplacées. Un récent reportage a mis en lumière le sort d'un enfant qui avait besoin de toute urgence de soins médicaux non disponibles en Syrie. Il a travaillé pour des médias locaux et régionaux, notamment Orient TV, Al Jazeera, Al Arabiya et Alhurra.

Somaya Abdelrahman

Somaya est une photographe indépendante égyptienne basée au Caire. Elle couvre les actualités quotidiennes, ainsi que des projets documentaires culturels et sociaux approfondis. En décembre 2020, elle a remporté le prix " Emerging Photographers Fellowship Award " de Too Young to Wed/Canon-USA pour " A Permanent Wound ", son projet photo qui explorait les effets des mutilations génitales féminines.

Hale Gönültaş

Hale est un écrivain, un podcasteur et un réalisateur de documentaires originaire de Turquie. Elle travaille comme journaliste depuis 1996, date à laquelle elle a commencé sa carrière au journal Evrensel. Son travail se concentre sur les réfugiés syriens, la traite des êtres humains et ISIS. En 2019, elle a reçu un prix de l'UE pour le journalisme d'investigation pour avoir couvert des questions sociopolitiques cruciales en Turquie.

Umutoniwase Aimelyne.

Basée au Rwanda, Umutoniwase travaille comme journaliste indépendante depuis plus de cinq ans. Elle s'intéresse de près au journalisme qui défend les intérêts des moins privilégiés de la société et s'intéresse principalement aux questions de développement régional et de droits de l'homme. Elle a écrit pour des sites en ligne tels que Pressbox et Umusare, et pour Voice of Africa en tant que présentatrice radio.

Bernice Maune

Bernice est une journaliste sud-africaine basée à Johannesburg qui travaille comme rédactrice et rédactrice numérique depuis plus d'une décennie, avec un accent sur les affaires courantes, le style de vie et la culture.

Samar Abu Elouf

Samar est une photographe basée en Palestine. Depuis plus de dix ans, elle documente la vie dans la bande de Gaza, en mettant l'accent sur les femmes et les enfants.

Ibrahim al Shamaly

Ibrahim travaille en tant que photojournaliste, caméraman et réalisateur de documentaires indépendants depuis sept ans. En raison du conflit en Syrie, il a dû fuir sa maison de Hama pour la ville d'Idlib, au nord du pays.